© 2019 par Marie-France ZUMAQUERO

   
 

  • Flickr Icône sociale
  • Facebook
  • Instagram

Cérémonie d'initiation Homme crocodile

 

En Papouasie Nouvelle Guinée, chez les IATMUL, qui vivent au bord du Sépik, se déroule la cérémonie de scarifications pour devenir un Homme Crocodile. Ce rite initiatique permettra au jeune homme (si il est prêt et quand ses parents auront réuni assez d'argent) de devenir un homme et se marier.

La veille de la cérémonie, dans l'après-midi, tous les habitants des villages alentours arrivent en pirogues et se réunissent près de la maison des esprits.

Dans la maison des esprits seuls les hommes initiés peuvent entrer.

La danse (sing sing) des hommes crocodiles peut commencer. Tout d'abord ils entrent dans la maison des esprits, puis ils en ressortent en dansant et chantant. Ce sing sing durera toute la nuit.

Au petit matin les chants s'intensifient, les jeunes hommes, couvert d'une feuille de bananier, attendent devant les villageois qu'on viennent les chercher. Puis ils avancent lentement vers la maison des esprits où un feu est allumé à la porte d'entrée. Accompagnés d'Hommes crocodiles brandissant des bâtons, qui serviront à les battre, ils franchissent la porte.

Des pirogues sont installées à l'ombre pour y allonger les jeunes hommes.

Leur peau est nettoyée et rasée. Un homme soutient leur tête. Les scarifications peuvent commencer, en premier sur la poitrine, puis sur les bras, les épaules, le dos et les cuisses. Ils mordent des feuilles mais ne doivent en aucun cas prendre un quelconque anesthésiant.

Les hommes peuvent être à deux ou trois pour effectuer les scarifications. Le père du jeune surveille le travail et donne des indications sur le dessin ou la densité des scarifications.

Une heure plus tard, le jeune initié se dirige vers le fleuve pour s'y immerger et y être frotté, ceci afin de le purifier. C'est le moment où la douleur est la plus intense et où il perd énormément de sang.

Le jeune qui n'avait pas émis un son lors des scarifications, se met à hurler.

Il retourne ensuite dans la maison des esprits où on l' enduira d'un mélange à base d'huile pour arrêter les saignements.

Puis il va s'asseoir près du feu et mange pour retrouver des forces. Pendant ce temps les hommes installent des bambous sur la plateforme qui lui servira de lit. Il devra placer ces bambous sous son corps aux endroits où il n'y a pas de scarification.

Il restera dans la maison des esprits pendant une à trois semaines. Seul son père pourra le voir.

Dans certains villages les jeunes initiés seront recouverts de boue pour accélérer la cicatrisation.

Cette coutume ancestrale, même si elle nous parait barbare, ne se réalise que si le jeune est consentant.

Ces scarifications font leur fierté et ils étaient vraiment heureux qu'on puisse assister à cette cérémonie pour la faire connaître dans notre pays.